A la découverte de Delhi

A la découverte de Delhi

Lors d’un voyage en Inde, il serait dommage de ne pas s’intéresser aux grandes villes si spécifiques. Focus aujourd’hui sur la ville de Delhi

La capitale indienne

Delhi possède de nombreux attraits qui méritent un séjour prolongé.
C’est une capitale de huit cents ans. La ville entre de plain pied dans l’histoire avec l’invasion des musulmans en 1192. Les gouverneurs installés par les Mghans prirent leur indépendance dès 1206 et firent de Delhi leur capitale. Cinq dynasties afghanes s’y succédèrent jusqu’à la conquête des Moghols (1526). Les dynasties mogholes suivantes transférèrent quelque temps leur résidence en d’autres lieux (Agra, Lahore), mais revinrent finalement à Delhi.

Quant aux Anglais, ils choisirent d’abord Calcutta pour décider du sort de leur empire colonial, mais finirent par s’installer à Delhi en 1911. De ces huit siècles où Delhi fut capitale pratiquement sans interruption, il reste une foule de constructions intéressantes de styles variés.

La vieille ville

Le fort Rouge. Le palais et ses dépendances ceints d’une puissante muraille de grès rouge, édifié entre 1639 et 1648 par l’empereur moghol Shah Jahan, est l’un des édifices les plus impressionnants de la ville.

Au-delà du pavillon des musiciens, dans lequel on accueillait l’empereur avec force tambours et fanfares, et du hall des audiences publiques (Diwan-i-Am) commençaient les lieux de résidence de la famille impériale. Vers la droite, en partant qu côté sud, on parvient au pavillon des Princesses (Mumtaz Mahal), qui renferme aujourd’hui un petit musée.

Vers le nord se succèdent le palais multicolore (Rang Mahal), où. vivaient probablement les femmes, et le palais privé de l’empereur (Khas Mahal), au nord duquel se trouve le hall des audiences privées (Diwani-Khas) incrusté de pierres semi-précieuses.

Plus loin au nord, se situent une terrasse et les bains: ces pièces étaient sans doute les seules à ne pas être recouvertes de tapis précieux; les sols sont en effet décorés d’incrustations.

A gauche du hammam, dissimulée derrière de hauts murs rouges, s’élève la mosquée de la Perle (Moti Masjid), dont le style correspond à l’époque moghole tardive.

La Grande Mosquée (Jama Masjid). Depuis le fort Rouge vous apercevrez au loin les élégantes coupoles de marbre et les minarets rouges de la Grande Mosquée, édifiée entre 1650 et 1656. Du haut des minarets, vous découvrirez une vue tout à fait impressionnante sur l’enchevêtrement des rues fourmillantes de monde de la vieille ville.

New Delhi

La partie moderne de Delhi, qui s’étend vers le sud depuis la vieille ville, a été aménagée entre 1920 et 1930 sur les plans qui devaient faire d’elle la capitale administrative.

Le Rajpath (chemin du Roi), gigantesque avenue entourée d’espaces verts, est l’axe principal est-ouest de New Delhi. Elle est limitée à l’est par l’India Gate, arc de triomphe monumental élevé à la mémoire des soldats indiens tombés pendant la Première Guerre mondiale.

A l’ouest, se dressent la résidence du Président, les puissantes coupoles des Secrétariats, et le Parlement, édifice circulaire et plat.

Le National Museum, sur le Janpath, donne un aperçu global des œuvres qui s’échelonnent depuis le début de la civilisation de l’lndus (6000 ans av. J.-C.) jusqu’à l’époque moghole.

Le Connaught Circus, énorme place circulaire d’où les avenues partent en étoile, et qui forme le centre du commerce et des affaires de New Delhi.

L’observatoire de Jai-Singh (Jantar Mantar) , situé dans Parliament street, non loin de Connaught Circus, est né en 1725, à l’initiative du maharajah de Jaipur. il est doté de gigantesques instruments en pierre, ayant servi à l’observation des étoiles et au calcul de leurs trajectoires.

Le temple de Laksmi Narayan, à l’ouest du centre-ville, est un exemple impressionnant de l’architecture hindouiste moderne. Le sanctuaire fut fondé en 1940 par la grande famille d’industriels Birla.

Le quartier sud

Sur le chemin qui conduit au Qutb Minar, sans aucun doute le monument le plus impressionnant de Delhi, se dressent bon nombre de bâtiments dignes d’une visite.

La tombe de Humayun, énorme mausolée du premier empereur moghol, compte certainement parmi les plus belles constructions de ce type et marque le début d’une évolution qui a trouvé son apogée dans le Taj Mahal d’Agra.

Les mausolées Lodi, situés dans un très beau parc, témoignent du style afghan tardif. Parmi les plus beaux du parc, se trouvent les tombeaux de Sikander Lodi (1489-1517) et de Ibrahim Lodi (1526-1538).

Le Qutb Minar. Le minaret haut de 72 m de la plus ancienne mosquée de Delhi passe pour être la plus belle tour du monde. La mosquée aujourd’hui en ruine fut reconstruite juste après la conquête des musulmans en 1192 sur les vestiges de plusieurs temples hindouistes. On peut d’ailleurs encore voir les colonnes hindouistes dans le péristyle de la cour.

A voir également: le Grand Portail (Alai Darwaza) érigé au XIV siècle à l’occasion de l’agrandissement de la mosquée.

Agra (203 km)

La deuxième résidence des Moghols mérite une excursion de plusieurs jours. Si vous ne disposez que de peu de temps, vous pourrez toutefois prendre le Taj express ou le bus et n’y passer qu’une seule journée.

Le Taj Mahal

A voir en premier: le Taj Mahal, tombeau d’une impératrice moghole d’une splendeur et d’une harmonie telles qu’il est devenu le symbole de l’Inde et l’expression de la perfection en architecture.

Le mausolée du Grand Vizir Itimad-ud-Daulah, incrusté de pierres semi-précieuses, ainsi que le fort moghol font partie des chefs d’œuvre architecturaux célèbres d’Agra.

Les commentaires sont clos.